Skip to main content

Ⓐrtivist, MediaActivist | Workshop Teacher || Citizen Journalist | News DJ | Livestreamer | IT-Tech skill-share (just ask anything) | Sharing is Caring | Feminist | Anarchism |
Disrupting News & Corporate Media with people's powered information systems #fediverse & collective intelligence

twitter.com/benborges_

github.com/benborges

www.facebook.com/benborrges

keybase.io/benborges

mastodon.social/@benborges

 
 
 
 

Des activistes dénoncent le greenwashing chez Lidl #BelgiumActNow #COP23

Des activistes dénoncent le greenwashing chez Lidl #BelgiumActNow #COP23

Dans le cadre de la campagne [1] pour le climat, ce samedi à 11h00, 20 membres des Brigades d’Actions Paysannes ont organisé la visite de magasin Lidl, rue Gray à Ixelles. Les activistes dénoncent le greenwashing de l’enseigne, qui présente son supermarché comme écologique, alors qu’il distribue des produits ayant un impact désastreux sur l’environnement, l’agriculture et les travailleurs.

Le groupe a parcouru les rayons du supermarché en s’arrêtant devant quelques produits correspondant très mal au logo écologique du magasin, comme les légumes d’été importés de loin et conditionnés dans du plastique, ou encore des sucreries à l’huile de palme, dont la production entraîne déforestation et destruction des écosystèmes des régions tropicales. Après avoir élu le « pire produit de l’année 2017 », ils ont déroulé une banderole devant le magasin, dénonçant les fausses solutions face à l’urgence climatique.

Par cette action, les Brigades d’Action Paysannes soulignent le rôle central de la grande distribution dans le système de production alimentaire agro-industriel, responsable de la disparition de l’agriculture paysanne et de la destruction de l’environnement. Phil Hogan, le commissaire européen à l’agriculture et au développement rural, déclarait : « Les supermarchés, en particulier, jouissent maintenant d’un superpouvoir, dû à l’effet couplé d’une mondialisation accrue et au haut niveau de concentration en Europe. Cela leur donne un poids disproportionné sur les producteurs primaires »[2]. Intermédiaire entre producteurs et consommateurs, la grande distribution pousse à une diminution maximum des prix et à une standardisation des aliments. Elle encourage une production industrialisée qui repose sur l’exploitation d’une main d’œuvre bon marché et l’utilisation massive de ressources naturelles et d’énergies fossiles.

Frédérique, membre des Brigades d’Actions Paysannes, déclare à l’issue de l’action : « Notre système alimentaire actuel est dépendant du pétrole, de la déforestation et de l’exploitation des travailleurs. Des enseignes comme Lidl en sont les principaux organisateurs. Il ne suffit pas de mettre quelques panneaux solaires sur le toit ou de vendre des produits bio importés depuis l’autre côté de la planète pour se déclarer écologique. Nous sommes ici pour montrer que nous ne sommes pas dupes. Des solutions existent ! Il faut favoriser une agriculture paysanne qui prend soin de son environnement, de la santé des consommateurs et du bien-être des producteurs. On ne peut attendre demain pour agir en ce sens. »

 
[1] Du 16 au 19 novembre, soit à la clôture de la COP23, dans plusieurs villes belges, une série d’actions sont organisées dans le cadre de la mobilisation pour la justice climatique

[2] Phil Hogan cité par Felicity Laurence, « The supermarket food gamble may be up », The Guardian, 20/02/2017 (traduction par l’auteur)

 
Contact presse : Damien Charles : 0484 522 660
Information : http://climate-express.be

 

Climate Express – Communiqué de Presse: #BelgiumActNow: Les citoyens et la société civile se mobilisent à la clôture de la #COP23!

Ces mobilisations exigent de la Belgique qu’elle se dote d’un “Plan National intégré Énergie-Climat 2030” ambitieux et juste. Une lettre (en annexe) reprenant les revendications seront remises aux parlementaires et responsables politiques régionaux et nationaux à l’issue des masses critiques.

 

[ACTION EZLN VS FLUXYS] Action coup de patte de l'EZLN au siège de Fluxys!

4 min read

 Plus de 70 animaux déterminés ont envahi les locaux de FLUXYS pour dénoncer la responsabilité des pouvoirs publics dans le réchauffement climatique.  Actif dans le transit du gaz naturel, Fluxys est un opérateur majoritairement détenu par des intercommunales. En construisant un nouveau gazoduc, le "Trans-Adriatic Pipeline" (TAP), Fluxys gaspille des moyens publics et fait l'opposé de ce qui a été promis à la COP21 à Paris. L'EZLN exige que la Belgique se dote rapidement d’un plan national intégré de lutte contre le réchauffement climatique.

Communiqué de presse de l’E.Z.L.N. (17.11.2017)

Les activistes de l’EZLN ont mené une action « coup de patte » contre FLUXYS pour dénoncer l’irresponsabilité des pouvoirs publics belges par rapport au climat.

A l’heure de la clôture de la COP23, l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN) envahit "sauvagement" les locaux de FLUXYS pour dénoncer la responsabilité des communes dans le réchauffement climatique. Ils exigent que la Belgique se dote rapidement d’un plan national intégré de lutte contre le réchauffement climatique.

Vendredi après-midi le 17 novembre, l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN), un groupe d’activistes déguisés en animaux, est entré au siège de Fluxys. En dansant, ils ont inondé le hall d’entrée de feuilles mortes et de terreau. Ils ont également suspendu une grande banderole avec pour message : "Ici, votre commune investit dans le réchauffement climatique"

Après avoir concentré ses précédentes campagnes contre des multinationales comme Bayer ou Monsanto, l’EZLN prend cette fois-ci les pouvoirs publics pour cible pour dénoncer l’irresponsabilité de la Belgique en matière de politiques énergétique et climatique. En effet, actif dans le transit du gaz naturel, Fluxys est un opérateur majoritairement détenu par des intercommunales[1].

Le jour choisi par les activistes concorde avec la clôture de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 23) qui se tenait à Bonn cette année-ci. "En construisant un nouveau gazoduc, le "Trans-Adriatic Pipeline" (TAP), Fluxys gaspille des moyens publics et fait l’opposé de ce qui a été promis à la COP21 à Paris", souligne la sous-commandante Lapin, porte-parole de l’EZLN. "Fluxys devraient plutôt investir dans les énergies renouvelables au lieu de construire de nouvelles infrastructures pour les énergies fossiles. La Belgique ne peut plus continuer à faire des promesses, une fois par an lors des conférences sur le climat, et le reste de l’année, investir massivement dans les énergies fossiles. Il est urgent que notre pays se dote d’un plan national intégré de lutte contre le réchauffement climatique et qu’il soit juste et ambitieux"[2].

Fluxys détient 19% de la structure responsable de la construction du gazoduc TAP qui doit transporter du gaz de l’Azerbaijan en Europe. Le TAP doit être opérationnel en 2020 et son coût est estimé à €4.5 milliards. La nécessité d’un nouveau gazoduc pose question pour plusieurs observateurs. Selon une étude d’E3G[3], la capacité des gazoducs existants en Europe n’est utilisée qu’à moitié. L’importation de gaz en Europe a diminué de 20% depuis 2010 et cette diminution ne fera que se poursuivre si l’Europe atteint ses objectifs en matière de politiques énergétique et climatique. Dans sa "Stratégie Energie 2050[4]", quel que soit le scénario, l’UE prévoit une baisse de la demande en gaz.

Pour rappel, L’EZLN est un collectif autonome qui réalise des actions de désobéissance civile depuis 2015 dans le cadre de campagnes pour la justice sociale et environnementale. Neuf de leurs membres viennent de passer au tribunal correctionnel pour une action qu’ils avaient menée contre l’ECPA (European Crop Protection Association), un lobby pro-glyphosate. Leur jugement doit être rendu le 7 décembre.

L’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature
http://ezln-zoologique.be/